VOICI CE QUE RÉVÈLE LE RAPPORT NATIONAL 2020 DES EAUX DE BAIGNADE

mosem article

achewa9e3tv

Convaincu que la qualité des eaux de baignade constitue un atout important pour le développement du tourisme balnéaire, les pouvoirs publics ont adopté un Programme National pour assurer la Surveillance de la Qualité des Eaux de Baignade des plages du Maroc (PNSQEB).

Ledit programme a fait l’objet, en 2002, d’un protocole d’accord entre le Département de l’Environnement et celui de l’Equipement ; et depuis 2017, le dossier a été cédé au Département de l’Environnement pour poursuivre la surveillance de la qualité des eaux de baignade de toutes les plages du Royaume.

Le nombre de plages objet dudit programme évolue depuis plusieurs années, il est passé de 50 en 2000, 79 en 2002 et à 175 plages en 2020 ; cependant, la qualité a connu une nette amélioration au fil des années suivant l’ancienne norme “NM 03.7.200“.

Normes de classification

La présence de germes surveillés dans l’eau témoigne de la présence d’une contamination fécale des zones de baignade et constituent ainsi un indicateur du niveau de pollution par les eaux usées, plus ils sont présents, plus le risque sanitaire est important.

L’ancienne norme marocaine NM 03.7.200 a atteint ses limites (principalement en terme de maitrise des sources de pollution et information) et vu les engagements internationaux (Pavillon Bleu), le Maroc a adopté, en 2014, la nouvelle norme NM.03.7.199, transposée de la nouvelle Directive Européenne NDE avec une application progressive sur toutes les plages.

Cette norme consiste à instaurer une gestion proactive de la qualité des eaux de baignade basée sur une classification des eaux durant les dernières 4 années consécutives. Les seuils de conformité sont plus sévères que l’ancienne norme avec la nouveauté de l’élaboration de profils de gestion des eaux de baignade, qui représente un outil d’aide à la prise de décision, permettant de valoriser les actions entreprises par les gestionnaires des plages auprès du public dans le domaine de la préservation du patrimoine balnéaire et aussi l’information du public de toute situation à risque.

Pour cette édition, le classement de la qualité des eaux de baignade s’est basé sur le traitement statistique des résultats des 4 saisons balnéaires précédentes à savoir 2016 – 2019. Ainsi, les eaux de baignade sont classées selon la nouvelle norme susmentionnée,selon 4 catégoriesdequalité : « Excellente », « Bonne » et « Suffisante », qui sont conformes à la baignade et la catégorie « Insuffisante », non conforme à la baignade.

Résultats de surveillance 

Concernant les résultats de cette année, le tableau suivant récapitule la classification de la qualité selon les deux normes :

Nombre de stations  ConformesTaux de conformitéNombre de stations non conformesTaux de non-conformité
Selon NM 03.7. 199 (période :2016-2019)37087,68 %5212,32 %
Selon NM 03.7. 200 (saison :2019)41097,16 %122,84 %

Les 52 stations déclarées non conformes, selon la nouvelle norme NM 03.7.199 sont situées sur 30 plages, réparties sur 6 Régions (Annexe 1), dont les principales causes de dégradation sont généralement dus à l’influence des rejets d’eaux usées et/ou la forte concentration des baigneurs, conjuguées à l’insuffisance des infrastructures d’hygiène et aussi aux changements climatiques et particulièrement en ce qui concerne les apports en eaux pluviales parfois polluées, qui rejoignent directement les plages par le biais des cours d’eau.

Profil des eaux de baignade

Le profil consiste à identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et d’affecter la santé des baigneurs et à définir, dans le cas où un risque de pollution est identifié, les mesures de gestion à mettre en œuvre pour assurer la protection sanitaire de la population et des actions visant à supprimer ces sources de pollution.

L’élaboration des profils des eaux de baignade a démarré depuis l’année 2013 selon une démarche volontariste en concertation avec certains gestionnaires des plages, puis renforcée en 2014, avec l’adoption de la nouvelle Norme Marocaine NM 03.7.199.

Au Total, 144 profils des eaux de baignade ont été réalisés jusqu’à 2019, dont 17 profils ont fait l’objet d’une actualisation selon les exigences de la nouvelle norme.

Des plans de gestion visant la protection préventive des baigneurs ont été proposés, ils consistent à organiser les interventions en cas de pollution et la production d’outils simples de gestion de ces pollutions.

  • Communication et Information

Conformément aux exigences de la norme marocaine NM 7.03.199 relative à la gestion de la qualité des eaux de baignade, un site Web du Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution (LNESP) a été créé afin de communiquer les résultats dudit programme. Cette initiative anticipative, qui répond également aux dispositions de la loi n° 13-31 relative au droit d’accès à l’information, fournit certaines fonctionnalités, notamment : (i) la mise à jour régulière des résultats de la qualité des eaux et (ii) facilite l’accès aux acteurs régionaux et locaux via des identifiants, leur permettant ainsi le téléchargement des bulletins d’information afin qu’ils assurent un affichage régulier des résultats de la surveillance de la qualité des eaux de baignade au niveau des plages.

Dans le même contexte une application a été développée par le LNESP. Cette dernière est téléchargeable et fonctionne sur tablettes et Smartphones et fournit des informations sur les plages, telles que la qualité des eaux de baignade, l’itinéraire, les infrastructures et les services disponibles sur le lieu.

Programmes « Plages Propres » et « Pavillon Bleu »

Les données de surveillance issues de ce programme constituent également des sources d’information pour l’évaluation des dossiers des plages candidates à l’écolabel Pavillon Bleu, piloté par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement, dont le drapeau a été hissé, en 2019, sur les 21 plages

En 2020, 39 candidatures ont été déposées parmi les 102 plages inscrites dans le programme «Plages Propres» et dont le résultat d’examen des dossiers sera communiqué incessamment par la Fondation.

Surveillance de la qualité du sable des plages :

Conscient des risques de contamination du sable des plages, liés à la présence des contaminants de différent nature (microbiologique, mycologique et les déchets marins), la DPDPM a entamé des opérations pilotes pour la surveillance de la qualité hygiénique du sable des plages (entre 10 plages en 2010 et 26 plages en 2016).

A partir de 2017, cette surveillance est menée par le Département de l’Environnement et a concerné 45 plages en 2018, 53 plages en 2019 (22 sur la façade méditerranéenne et 31 sur la façade atlantique choisies selon des critères bien définis) et 60 plages sont programmées au cours de 2020.

Cette composante consiste à la réalisation des campagnes de prélèvement du sable pour analyses physico-chimiques (métaux lourds et hydrocarbures) et mycologiques (différents dermatophytes), selon les normes en vigueur. Ainsi que l’identification et la caractérisation des déchets marins des plages selon les procédures et méthodes établies par l’ONU Environnement/PAM.

Ainsi, cette surveillance a permis de constater que la qualité chimique du sable est généralement bonne, mis à part quelques traces de certains éléments métalliques qui ont été détectées sans dépasser les seuils de référence ; alors que la qualité mycologique, a révélé la présence de certains dermatophytes et champignons au niveau de certaines plages.

Quant aux déchets marins des plages concernées par la surveillance, ils se caractérisent par la prépondérance de la catégorie “Plastique/polystyrène”, qui représente à elle seul un taux de 84% de la totalité des déchets marins au niveau national.

Deux projets pilotes ont été menés également, en partenariat avec deux associations opérant sur la Méditerranée :

Projet “Adopter une Plage” avec l’AESVT/ section de Tanger, qui a concerné la caractérisation des déchets au niveau de 4 plages méditerranéennes, dont les résultats ont montré que les “plastiques/polystyrène” représente 74% de la totalité des déchets collectés ;

Projet “Pêche aux Déchets” avec l’association des plongeurs « Abtal Fnideq », qui s’est déroulé au niveau du port de pêche de Fnideq, dont la composition générale des débris benthiques, au niveau des 3 site, est dominée par les “plastiques/polystyrène” et “les tissus/textile” qui repesent plus de 95% en nombre et environ 80% en poids.

Annexe 1

التعليقات مغلقة.